samedi 26 novembre 2016

Pierre Henri Joseph Guyennon & Marie Josephte Drevet



Aujourd'hui, nous partons dans l'Ain, en Bresse plus exactement, berceau de la famille de mon grand-père. Mon pépé Paul était le fils de Nicolas Bourdon et Marie Félicie Guyennon.
Nous nous intéressons ici aux parents de Félicie. Pierre Henri Joseph Guyennon & Marie Josephte Drevet sont mes arrière-arrière-grands-parents. Ils se sont mariés le 16 mai 1894 à Boissey, dans l'Ain.

P.H.J est né le 12 octobre 1867 (comme moi !! sauf l'année, évidemment) à Boissey, fils de Pierre Joseph Guyennon & Marie Césarine Guyennon.
M.J. est née le 1er décembre 1874 à Boissy, fille de Philibert Drevet & Marie Joséphine Marguin.


P.H.J. et M.J. ont en commun plus que leur métier de la terre. En effet, ils ont les mêmes arrière-arrière-grand-parents.
Choquant ? Non. C'est très commun, surtout à cette époque.
Pour l'anecdote et votre culture, Benoît et Benoîte sont des implexes. C'est-à-dire que ce sont des ancêtres que je vais retrouver deux fois au lieu d'une dans mon ascendance et qui porteront le même numéro Sosa (numéro d'ancêtre direct).

Benoît Cordier
x 27 août 1772
Benoîte Berthelet
__________________|__________________
|                                                                        |
Françoise Cordier                                                  Claude Cordier
|                                                                        |
Benoît Guyennon                                         Marie Claude Cordier
|                                                                        |
Pierre Joseph Guyennon                                       Philibert Drevet
|                                                                        |
Pierre Henri Joseph Guyennon                   Marie Josephte Drevet
|________________________________________|
|



Passons à une petite description physique.
J'ai la chance d'avoir des documents qui décrivent l'apparence physique de mes bisaïeux. À défaut de les avoir connus, je peux me faire une idée de comme ils étaient. Les photos en plus.
Pierre Henri Joseph Guyennon mesurait 1,69 m.. Il avait les cheveux et les sourcils noirs, les yeux gris bleu, le front large, le nez bien fait, une bouche moyenne et le visage ovale. C'est ce que nous apprend sa fiche matricule.
Marie Josephte Drevet mesurait quant à elle 1,52m, avait les yeux bleus, le visage ovale et le teint frais (source : carte d'identité).

Eh oui, la fiche matricule.
Comme tout homme de cette époque, non seulement le service militaire est long et obligatoire, mais en plus la guerre n'est pas loin.
Après son recensement en 1887, P.H.J. intègre l'armée active, au sein du 1er Régiment de Dragons, le 3 octobre 1888. Envoyé en congé le 23 septembre 1891, il entre dans la réserve de l'armée active le 1er octobre suivant et retourne donc à la vie civile. Ses obligations militaires n'étant pas terminées, il effectue une première période d'exercices dans le 1er Régiment de Dragons du 10 avril au 7 mai 1893.
P.H.J. se marie en mai 1894 avec M.J., déjà enceinte de mon arrière-grand-mère !
Ils ont le temps de faire trois petits avant qu'il ne reparte pour seconde période d'exercices du 16 janvier au 12 février 1899. Et neuf mois plus tard... BAM !
Il passe dans l'armée territoriale le 1er octobre 1901.
Deux enfants de plus au passage.
Le 9 mai 1911, il intègre le 9e Régiment d'Artillerie à pied et est rappelé à l'activité le 3 août 1914, le jour où l'Allemagne déclare la guerre à la France. Renvoyé dans ses foyer le 6 mars 1915 (son fils prend le relais), il est libéré du service en novembre 1918.

Tous deux cultivateurs et demeurant à Boissey, ils ont eu six enfants :


Marie Félicie, dite Félicie, mon arrière-grand-mère.
Née le 22 août 1894 à Boissey, elle épouse Claude Marie Bourdon le 19 novembre 1919 à Saint-Bénigne avec qui elle a quatre enfants, nés à Dijon : Yvonne, Paul (mon pépé), Roger et Armelle.
Veuve depuis 40 ans, Félicie (mémé Bourdon) est décédée au Luc, dans le Var, le 5 février 1985.
À l'époque je n'avais pas encore trois ans. Je n'ai aucun souvenir de mon arrière-grand-mère, ni aucune photo de moi avec elle.
Comme pour sa mère, sa carte d'identité nous apprend qu'elle mesurait 1,55 m. qu'elle avait les cheveux châtain clair et les yeux bleus, la bouche moyenne, le visage ovale et le teint blanc

Eugène Honoré, dit Honoré, est né le 10 décembre 1895 à Boissey.
Sa fiche matricule nous apprend qu'il a été incorporé au 60e Régiment d'Infanterie le 16 décembre 1914 (uniforme de la photo) et passé au 159e R.I. le 25 mai 1915. Il a été tué à l'ennemi, mort pour la France, à Magnicourt-en-Comte (Pas-de-Calais) le 19 juin 1915. La fiche matricule nous donne d'autre informations précieuses sur Honoré : il mesurait 1,62 m., il avait les cheveux noirs et les yeux bleus, le front moyen, un nez rectiligne, le visage long et un menton à fossette. Cette description nous permet de mieux visualiser ce jeune homme et d'appréhender sa véritable apparence physique, peu visible sur une simple photographie.

Marie Victorine Virginie, dite Virginie, née le 9 juin 1898 à Boissey, elle épouse Eugène Pachon à Saint-Bénigne le 4 juillet 1921. Son acte de naissance comporte une erreur. En effet, une mention marginale la marie à Félix Gautheron, son beau-frère, le jour où celui-ci épouse Julienne.
Virgine et Eugène divorcent (je ne sais pas quand, mais Eugène s'est remarié en 1932) sans avoir eu d'enfants.
Jamais remariée, Virginie est décédée à Pont-de-Vaux le 24 août 1977.

Julienne Marie Rosalie, dite Julienne, la tante Juju, née à Boissey le 3 novembre 1899, épouse François « Félix » Alexandre Gautheron à Dijon le 26 octobre 1935.
Elle aurait eu une fille, née avant son mariage, en 1931 et décédée en 1932, Monique, mais je ne la trouve pas sur les registres à Dijon, alors peut-être à Pont-de-Vaux ou Saint-Bénigne ?
Julienne n'a pas eu d'enfants avec Félix. Elle est décédé à Dijon le 1er mai 1979.


Pierre, né le 22 mai 1904 et décédé le 2 juin 1904.

Marie Anaïs, dite Maria, née le 20 juin 1906 à Saint-Bénigne.
Le 28 avril 1928, elle épouse Étienne Hippolyte Wuistaz à Pont-de-Vaux.
Ils habitaient boulevard Edmé Nicolas Machureau à Dijon.
Je n'ai pas connu l'oncle Étienne, décédé en 1976, mais je me souviens très bien de la tante Maria à qui je rendais visite à la maison de retraite à Saulieu, une petite femme gentille, souriante avec des yeux qui pétillaient de malice !
Elle est décédée à Saulieu le 7 avril 2001.

Pierre Henri Joseph et Marie Josephte sont décédés respectivement le 6 octobre 1945 à Pont-de-Vaux et le 7 décembre 1958 à Dijon.

Comme pour les billets précédents, une frise pour accompagner cette présentation.



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Galerie Instagram

 

Cassis Moutarde & Cie Copyright © 2011 -- Template created by O Pregador -- Powered by Blogger